Renforcement musculaire au CEPV : une nouvelle activité


Renforcement musculaire au CEPV

Le CEPV, c’est le Club d’Escrime du Pays Vençois.
En tant que parent d’un des tireurs du club, j’en ai bénévolement réalisé le site internet il y a deux ans.
En septembre, Florian, un des maîtres d’arme du club, informé des activités que je propose au sein d’Arkhanim, m’a demandé si je me sentais capable d’animer une séance hebdomadaire de renforcement musculaire au sein du CEPV.
Bien sûr j’ai saisi cette occasion de montrer ce que je sais faire et de participer à la réussite des compétiteurs du club.
C’est donc maintenant chaque semaine, le mercredi soir, que j’interviens durant 45mn, présentant aux enfants et ados des exercices de renforcement musculaire.
J’ai donc décidé de rédiger un article sur ces interventions afin de présenter mes activités bien sûr, mais aussi pour expliquer le sens que ce renforcement musculaire peut avoir pour les compétiteurs qui s’engagent dans ce cours.

Renforcement musculaire : pourquoi faire ?

Pour récupérer

Renforcement musculaireL’escrime est un sport explosif.
Il s’agit de fournir un effort important sur une très courte période de temps, de bénéficier d’un court moment de répit qu’il faut mettre à profit pour récupérer avant de fournir à nouveau, lors de l’assaut suivant, un effort explosif. Ce type d’effort musculaire est appelé effort anaérobie, à savoir que c’est un effort qui ne permet pas aux muscles de renouveler l’oxygène qu’ils ont dépensé durant l’explosion. C’est un effort en résistance. Le seul moyen de pouvoir renouveler cet effort à plusieurs reprises dans un délai relativement court (un match d’escrime dure environ 4 à 5 mn), c’est de bénéficier d’une excellent récupération dans les temps de pause (par exemple les moments de garde précédent l’assaut).
Cette alternance met en jeu le système de récupération du métabolisme.
Pour faire simple, plus des muscles sont entrainés, moins ils consommeront d’oxygène durant l’effort.
Plus ils sont entrainés en anaérobie, plus ils seront capables de fournir un effort important en anaérobie.

Pour l’efficacité

Cela parait logique, mais l’escrime est un sport où la vivacité et les réflexes sont de mise.
En travaillant les muscles des jambes, du bassin, de la ceinture abdominale, en pouvant compter sur la solidité et la capacité de ces muscles à produire l’énergie demandée, on améliore sa vélocité.
Pour l’agilité et l’équilibre
Conserver son équilibre, son dynamisme, sa verticalité, ses points d’appuis, lorsqu’on est en mouvement, c’est la garantie de ne pas subir la pression de son adversaire et de pouvoir continuer à gérer son assaut. C’est aussi celle de pouvoir contre-attaquer efficacement, en comptant sur des appuis solides et un gainage efficace.

Pour la précision

L’escrime est un sport de combat de touche. Afin d’assurer que l’effort fourni soit rentable, il faut être certain de toucher à l’endroit visé. L’extension explosive que cela demande se répercute depuis le poignet jusqu’aux épaules et demande au bras une excellente résistance musculaire afin de ne pas le blesser. De plus, l’effort fourni a répétition est vite épuisant et comme cité plus haut, le même travail de résistance sera demandé aux muscles du haut du corps. Enfin, puisque l’escrime demande l’engagement d’un seul bras et un travail unilatéral, il est bon durant les entraînements de favoriser le renforcement musculaire des deux côtés du corps afin de ne pas provoquer de déséquilibre.
Cette fatigue musculaire bien gérée par le corps, le tireur peut consacrer son énergie à sa concentration, à son intention, ce qui lui permet de porter la pointe de son fleuret à l’endroit exact qu’il vise durant son mouvement.

 

Quelques photos d’une séance au CEPV

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + treize =